drapeau des Comores

Union des Comores

Ministère de l'Éducation Nationale, de l'Enseignement, de la Recherche et des Arts

Fiche projet AFC

Pays : Comores Intitulé : Appui au français aux Comores
N° projet : 2012-9 Montant (€) : 1.000.000,00 € Réf. (service DGM) : DCUR/LFE

 

Bénéficiaire (s) :

Ministère de l’Education nationale, de la Recherche, de la Culture et des Arts, en charge de la Jeunesse et des Sports ; Université des Comores ; ORTC et médias audiovisuels comoriens

Chef de projet :

Lionel LEIGNEL

Autres bailleurs de fonds :

- Union Européenne (à travers le projet PRePEEC)

- Organisation Internationale de la Francophonie

- Au niveau national : Ministère de l’Education Nationale, de la Recherche, de la Culture et des Arts, en charge de la Jeunesse et des Sports ; et Université des Comores


Résumé du projet :

Le projet se concentre sur un enjeu majeur pour le système éducatif comorien, l’inversion de la tendance à l’affaiblissement de la maîtrise du français, langue d’enseignement, indispensable pour éviter qu’une déficience dans l’usage de cette langue ne finisse par entraîner, avec des difficultés accrues de réussite scolaire, une perte de notre influence dans l’archipel. Par conséquent, il s’attache à développer la maîtrise du français en vue de permettre à tous les jeunes Comoriens d’accéder au savoir. En termes opérationnels, il se fixe pour objectif principal d’améliorer durablement chez les enseignants la maîtrise et la pratique professionnelle du français à tous les niveaux du système éducatif comorien.

Ses deux composantes visent à cette fin les objectifs spécifiques suivants :

Composante 1 : renforcer les dispositifs de formation initiale et continue des enseignants de français et des enseignants des disciplines non linguistiques (DNL) enseignées en français, en même temps que les capacités de pilotage des personnels d’encadrement pédagogique, en favorisant les méthodologies d’apprentissage inspirées par le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL). Le projet mise sur la formation d’une part importante des enseignants pour avoir un effet sensible et durable sur la maîtrise du français : les compétences linguistiques de 1500 enseignants des DNL (soit près de la moitié d’entre eux) et les pratiques de classe des 300 enseignants de français du secondaire seront améliorées. Ils pourront ensuite les consolider grâce à l’action des encadreurs pédagogiques, qui bénéficieront d’un accompagnement spécifique pour concevoir et mettre en œuvre leur formation, mais également pour produire des documents pédagogiques qui alimenteront une plateforme d’autoformation à laquelle ils pourront accéder dans les Circonscriptions d’Inspection pédagogique régionales (CIPR), à l’Université des Comores, et dans les bibliothèques soutenues par le projet.

Composante 2 : consolider l’impact de ces actions de formation en créant une dynamique francophone autour de la diffusion du livre et du multimédia, afin que les enseignants et leurs élèves / étudiants puissent accéder en dehors du système éducatif à des ressources francophones, et enraciner ainsi leurs apprentissages dans des pratiques quotidiennes plus ludiques de la langue. Un réseau de 30 à 35 bibliothèques incluant les Centres de Langue et d’Action culturelle (CLAC) soutenus par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) sera structuré dans cet objectif, afin de développer et d’harmoniser leur programmation culturelle annuelle en ciblant les jeunes et les publics apprenants. Quant aux médias audiovisuels qui nourrissent des projets de développement de leur grille de programmation francophone, ils bénéficieront d’autre part des formations et de l’expertise nécessaires pour améliorer leurs capacités de production.

 

La diversité des montages partenariaux, dont les effets attendus sont très importants, confère à ce projet son principal caractère innovant. Son articulation avec d’autres projets ou les interventions d’autres bailleurs a été systématiquement recherchée : ainsi le Projet de Renforcement du Pilotage et de l’Encadrement de l’Education aux Comores (PRePEEC), financé par l’Union Européenne, prolongera les actions de formation des enseignants en français et appuiera la mise en place à l’Université des Comores de la filière Métiers de l’éducation, tandis que le soutien de l’OIF donnera plus d’ampleur aux résultats de la composante 2. Quant au recours aux médias audiovisuels soutenus par le projet, il constituera une opportunité pour lever des fonds supplémentaires qui augmenteront son effet démultiplicateur en même temps qu’ils contribueront à consolider ses résultats, ses effets et son impact.

 

 

 


Dates repères

Dates

(mm/aaaa)

Comité des projets

04/2012

Convent. financement

10/2012

Réception AE

11/2012

Ouverture (date DMA)

05/2012

Comité de pilotage

06/2014

Clôture initiale

05/2015

Clôture modifiée

     

 

 

 

Situation au 03/2015 :

 

Composantes

AE (€)

Eng Jurid. (€)

Décais. (€)

% (D/E)

1

608 100,00

608 100,00

371 271,00

61,05 %

2

350 900,00

350 900,00

179 240,00

51,08 %

Management

41 000,00

21 000,00

13 138,00

62,56 %

TOTAL

1 000 000,00

980 000,00

563 649,00

57,51 %

 

 

 


Rappel du cadre logique

Indicateur(s) vérifiable(s)

Résultats constatés

Objectif principal

Améliorer durablement la maîtrise du français, langue d’enseignement, à tous les niveaux du système éducatif

- Nombre d’enseignants de français au niveau C1 et nombre d’enseignants de DNL au niveau B2 du CECRL

 

 

- Existence de dispositifs opérationnels d’analyse des besoins en formation, d’accompagnement pédagogique des enseignants de/en français, et de pilotage des formations au/en français

 

 

- Amélioration à terme des niveaux d’acquisitions scolaires en langue française et de réussite aux examens nationaux

- Augmentation du volume i) des activités culturelles francophones proposées par les bibliothèques et du nombre de leurs adhérents, et ii) d’émissions francophones diffusées par les médias audiovisuels

- Le nombre d’enseignants ayant acquis au moins le niveau B2 du CECRL augmentera peu si l’effort de formation se réduit aux interventions des 3 AF, car plus de 85% des enseignants ont été positionnés au mieux au niveau B1 au début du projet. Il est indispensable que le dispositif de FC des enseignants assure une montée en charge de l’effort de formation, et que la plateforme pour l’autoformation des enseignants soit bientôt opérationnelle et exploitée (plusieurs actions ont été mises en place à cette fin au 4e trimestre 2014 et au 1er trimestre 2015). Néanmoins, les enseignants sont maintenant engagés dans leur formation : certains s’inscrivent à titre individuel dans de nouvelles sessions de formation.

 

- Programme national d’action des bibliothèques du réseau national en cours de construction, et premières émissions radiophoniques produites et diffusées à la fin de l’année 2014.

 

Composante 1

Appuyer les dispositifs de formation initiale et continue des enseignants de/en français

- Référentiels d’apprentissage du français inspirés du CECRL mis en place à tous les niveaux du système éducatif comorien

- Une UE de français renforcé adossée aux principes du CECRL est mise en place en FI des futurs enseignants.

- Une UE de français adossée aux principes du CECRL est dispensée en L1 dans le cadre du socle commun de compétences.

- La maquette de formation de la filière professionnelle Métiers de l’enseignement est redéfinie, et une L3 mise en place pour la formation des instituteurs et professeurs de collège. La part des enseignements professionnels est en augmentation.

 

- Un dispositif de FC des enseignants est piloté par l’IGEN et animé par les encadreurs pédagogiques.

 

 

 

 

 

- 1500 enseignants de DNL en français ont atteint le niveau B2 et 300 enseignants de français le niveau C1 du CECRL.

 

- Une plateforme de FOAD en français est mise en place.

- Nombre de jours de stage pratique par élève-maître.

- Diagnostic fonctionnel réalisé pour préparer la construction des référentiels d’apprentissage du/en français. Les référentiels sont en cours de production pour le cycle du CP.

 

 

- Une UE de FLE a été élaborée pour les étudiants de L1 entrant à l’IFERE en FI d’enseignants, et les supports pédagogiques afférents produits.

- L’architecture de la maquette des formations aux Métiers de l’éducation a été définie, et la nouvelle maquette de Licence Pro pour la formation des maîtres validée par le Conseil scientifique de l’Université.

- Accompagnement de la mise en place de la L1 de formation des maîtres réalisé pour garantir une meilleure professionnalisation des enseignants.

- Le premier cahier des charges national pour la FC des enseignants a été élaboré. Le plan de FC des enseignants est en instance de mise en œuvre.

- Formation de tous les encadreurs pédagogiques (EP) à l’ingénierie de formation et à l’élaboration de modules de renforcement linguistique, et de 25 EP de français aux principes du CECRL et de l’approche actionnelle.

- 3100 enseignants positionnés (dont environ 55% aux niveaux A1 et A2 du CECRL), et 1200 enseignants de niveau A1 à B1 formés jusqu’en janvier 2015 + 350 nouveaux enseignants en cours de formation.

- Salle d’informatique de l’IFERE équipée, ainsi que 5 CIPR (circonscriptions d’inspection pédagogique régionales), serveur opérationnel, formation en cours de formateurs sur les principes d’utilisation de la plateforme Moodle, et de ses administrateurs.

Composante 2

Créer un environnement francophone autour du livre et du multimédia

- 30 à 35 bibliothèques sont équipées en matériel et disposent d’un fonds documentaire multimédia, qu’elles exploitent pour proposer des animations aux publics apprenants.

- Un programme annuel d’animation est préparé en concertation par les responsables des bibliothèques soutenues par le projet.

- Nombre d’animations proposées par le réseau des bibliothèques en augmentation régulière

- Fréquentation des centres de lecture par les publics scolaires en augmentation

- Augmentation du volume de diffusion d’émissions francophones dans les radios et télévisions

- Volume d’émissions francophones produites localement en constante augmentation

- Programme de formation du Centre de Formation aux Métiers du Journalisme et de l’Audiovisuel (CFMJA) opérationnel

- 35 bibliothèques sélectionnées au terme de 2 appels à candidature. Les bibliothèques des AF en font partie afin d’impulser une dynamique d’animation.

- Commande de fonds documentaires en cours de livraison.

- Programme annuel d’animation du réseau en cours d’élaboration, pendant les sessions de formation des bibliothécaires.

 

 

 

 

 

 

 

 

- Accompagnement professionnel de la production d’une émission commune aux radios comoriennes en cours. Premières émissions produites et diffusées.

- 2 sessions de formation des formateurs du CFMJA réalisées, et rapprochement opéré avec l’UDC pour élaborer la maquette d’une L3 Pro.

Composante Management

Assurer la gestion du projet dans le respect des engagements pris dans le RP (cadre logique, chronogramme, CEP), de manière à favoriser l’atteinte de ses objectifs

- Le Comité de pilotage du projet se réunit deux fois par an, et le Comité de suivi technique une fois par trimestre.

 

 

- Un tableau de bord est régulièrement mis à jour lors des réunions du Comité de suivi technique du projet, et communiqué avant les réunions du Comité de pilotage comme outil d’aide à la décision.

- Un site web est créé pour faciliter le partage des objectifs du projet et leur appropriation par les partenaires comoriens, ainsi que les actions de communication sur le déroulement du projet. Il est mis à jour régulièrement.

- La mise en œuvre du projet favorise la mise en place d’autres partenariats et des levées de fonds complémentaires, auprès de la diaspora comorienne notamment, pour consolider ses résultats.

- 2 réunions par an du Comité de pilotage et des Comités de suivi technique insulaires, qui sont mobilisés sur les enjeux et objectifs de la formation des enseignants, mais l’effort de convocation des enseignants en formation est fluctuant.

- Tableau de bord du projet élaboré début 2013, régulièrement mis à jour et communiqué aux membres du Comité de pilotage.

 

 

- Site web opérationnel depuis fin 2013, animé par périodes, encore peu fréquenté. Les calendriers d’activité y sont régulièrement mis en ligne, ainsi qu’une partie des bilans d’activité et des rapports de mission des experts mais également des documents de cadrage de la politique sectorielle.

- Financements du Ministère de l’Education Nationale (contrepartie nationale), du CIEP de La Réunion (subvention du Conseil Général), du SCAC de l’Ambassade de France et du Projet franco-comorien de Codéveloppement (PFCC) mobilisés en appui du projet, en prolongement de ses objectifs.

Modalités de réalisation du projet et partenariat prévu (points forts et points faibles, et difficultés rencontrées) :

- Les responsables de mise en œuvre de chaque volet d’activités et les coordonnateurs d’action mis en place se sont mobilisés pour établir avec les experts des relations régulières en amont de leurs missions aux Comores, et après celles-ci. Cependant, un effort d’appropriation supplémentaire doit être accompli dans certains cas, le projet se trouvant à un moment clé où des dispositifs nationaux de formation et d’animation doivent se développer en autonomie.

- Le Ministère de l’Education Nationale a tenu ses engagements pour permettre le financement d’actions d’accompagnement du projet entre novembre 2013 et septembre 2014, et l’Université des Comores a mis à disposition une salle d’informatique à l’Institut de Formation des Enseignants et de Recherche en Education (IFERE). Après une période où la mobilisation de la ligne de programmation budgétaire qui permet les décaissements sur le budget de l’Etat au titre de la contrepartie nationale n’a pas été effective, le Ministre a pris des dispositions pour renouveler l’effort d’accompagnement du Gouvernement de l’Union : une Note sera présentée en Conseil des Ministres fin mars 2015 à cette fin.

- La mobilisation des Comités de suivi technique insulaires est réelle (convocation des enseignants) pour permettre le bon déroulement des tests de placement et des sessions de formation des enseignants dans les trois Alliances Françaises, mais pas toujours régulière, et devra être consolidée pour garantir le remplacement dans les classes des enseignants en formation.

 

Assistance technique (ou opérateurs) : Centre International d’Etudes Pédagogiques (CIEP) de La Réunion (chef de file), Université de La Réunion, Canal France International, et les trois Alliances Françaises de Moroni, Mutsamudu et Fomboni

 

Réunions du comité de pilotage (participations, suivi du chronogramme, rapport d’activités … ) :

Les deux premières réunions du Comité de pilotage ont été organisées les 24 octobre 2013 et 2 juin 2014. La troisième réunion, initialement prévue en décembre 2014 afin d’exploiter les conclusions de la mission d’évaluation à mi-parcours du projet qui s’est déroulée du 16 au 21 novembre 2014, a été reportée du fait de l’organisation du triple scrutin électoral de janvier et février 2015. Elle devrait être reprogrammée en avril ou mai 2015 : la validation du calendrier d’exécution 2015 et plus généralement des options proposées pour organiser l’ensemble des activités restant à mettre en œuvre jusqu’à la fin du projet sera inscrite à l’ordre du jour de cette réunion.

Les réunions du Comité de pilotage sont très suivies par les partenaires institutionnels du projet, et constituent l’occasion d’établir le bilan de l’avancement des activités du projet, et de valider le calendrier d’activités de la période suivante. Les deux procès-verbaux des réunions du 24 octobre 2013 et du 2 juin 2014 sont produits en pièces jointes.

 

Autres bailleurs de fonds (situation des engagements et versements, partie nationale, autres) :

Partie nationale : une Note en Conseil des Ministres a été validée en mai 2013 pour permettre d’inscrire au budget de l’Etat la prise en charge d’actions d’accompagnement du projet. La ligne de programmation budgétaire a été créée en octobre 2013, ce qui a permis les décaissements sur une première tranche de 18.000.000 KMF (environ 36.000 €). Après une période où il a été difficile de mobiliser les crédits alloués par le Gouvernement, le Ministre a récemment demandé aux Chefs de projet de préparer un nouveau projet de Note afin de réapprovisionner cette ligne budgétaire : elle devrait être présentée en Conseil des Ministres avant la fin du mois de mars 2015.

Université des Comores : elle a pris les dispositions nécessaires pour aménager la salle d’informatique qui a bénéficié d’un équipement dans le cadre du projet, et elle accompagne depuis octobre 2013 l’effort gouvernemental d’accompagnement des actions du projet.

Union Européenne : la convention de financement du Projet de Renforcement du Pilotage et de l’Encadrement de l’Education aux Comores (PRePEEC) a été signée en mai 2013. Ce projet a démarré en décembre 2013 et le premier devis-programme opérationnel a été signé fin août 2014. L’appel d’offres qui visait à mobiliser une expertise internationale en appui de la cellule de gestion du projet a été remporté par SOFRECO, qui a installé en janvier 2015 son expert principal. Il est prévu que ce projet prolonge l’effort de formation linguistique des enseignants et de mise en place des Licences professionnelles de formation des personnels d’encadrement à partir de 2015. Un accord a d’ailleurs été trouvé pour que les experts qui ont encadré l’élaboration des maquettes de formation des enseignants soient également mobilisés, sur financement PRePEEC, pour finaliser la maquette de formation des encadreurs pédagogiques, afin d’assurer une meilleure cohésion de tous les parcours de formation initiale concernant les métiers de l’éducation.

 

Conditionnalités (rappel des conditionnalités suspensives) :

- Non-communication par les services des Commissariats à l’Education des Iles Autonomes (CEIA) des listes nominatives des enseignants et des données requises dans le fichier Excel qui leur a été remis par le Ministère de l’Education Nationale.

- Absence dûment constatée de mesures visant à permettre aux personnels d’encadrement pédagogique de concevoir et animer des sessions de formation continue d’enseignants.

- Absence de ratification de la Convention de Florence par les autorités comoriennes.

- Absence dûment constatée de réunion du Comité de suivi technique du projet et des trois Comités de suivi technique de terrain.

- Existence de tout dysfonctionnement de nature à mettre en péril la poursuite du projet, dûment constaté par le Comité de pilotage.

 

Observations complémentaires (date et objet des missions de suivi à mi-parcours) :

Mission d’évaluation à mi-parcours réalisée par Madame Juliette BIGOT du 16 au 21 novembre 2014. Le rapport de cette revue à mi-parcours est produit en pièce jointe.

 

Responsable (nom et adresse électronique) : David ANDREVON - david.andrevon@diplomatie.gouv.fr

Rédacteur (si différent) : Lionel LEIGNEL lionelleignel@yahoo.fr  

Mise à jour le : 17/03/2015